ProActionClinic

ProActionClinic a mené plusieurs années de recherches et de synthèse de nombreux travaux scientifiques et a mis au point le coussin extensit.

Extensit est la bases d’une nouvelle stratégie d’approche des troubles posturaux et des maux de dos qui y sont probablement liés.

 


Extensit

Nos produits +

extensit
French (Fr)Português (Brasil)Deutsch (DE-CH-AT)Italian - ItalyNederlands - nl-NLEspañolEnglish (United Kingdom)
PDF
Imprimer
Envoyer

Lombalgies et douleurs de l’aine et de la hanche

STRETCHING DU PSOAS : pourquoi ? Comment ?

le muscle psoas-iliaque est un muscle fléchisseur de la hanche mais aussi un stabilisateur de la colonne vertébrale.[1] [2] [3] [4] [5]

Ainsi, lors de l’élévation d’un membre inférieur en décubitus dorsal (ASLR test ou Lassègue actif)  “ ipsilateral psoas activity is consistent with the psoas being a hip flexor, contralateral activity is not. The most simplest explanation of the pattern found is that the psoas is bilaterally recruited to stabilize the lumbar spine, probably in the frontal plane.”[4]

Nachemson [6] [7] suggère que “ la contraction du psoas stabilise la colonne lombaire en s’ajoutant aux forces compressives qui rigidifient les articulations vertébrales. Dans le plan frontal, l’activation bilatérale du psoas agirait comme un haubannage stabilisateur du mat qu’est la colonne vertébrale.”

Dans le plan sagittal le psoas peut contribuer à réguler la lordose lombaire [5]

Des modèles animaux suggèrent que l’hypertonie-hypertrophie du psoas nuit à l’équilibre homéostasique du disque intervertébral,[8] probablement en exerçant des forces compressives non plus stabilisatrices et  physiologiques mais, au contraire, chroniques et excessives ; en effet, à des modifications progressives de tension dans les muscles voisins sont corrélées des modifications progressives de  la pression exercée sur  la colonne lombaire et à la  rigidité  disco-vertébrale qui en résulte. [9]

Il y a donc là une relation pression-rigidité potentiellement nociceptive sur le long terme.

Il a été montré, notamment chez les sportifs, que les muscles transverse de l’abdomen, multifidus  et psoas peuvent être impliqués dans les douleurs lombaires [10] [11] quand leur section (épaisseur) est modifiée (hypertrophie).

La même réflexion semble plausible en ce qui concerne les forces excessives exercées sur la coxo-fémorale dans les douleurs de l’aine.[12] [13] [14] [15]

Il est donc important, dans les cas le lombalgies, sacralgies, algies de l’aine, de la hanche, de vérifier et traiter l’éventuelle hypertonie-hypertrophie du muscle psoas qu’elle soit unilatérale ou a fortiori bilatérale.

Cependant, il est bien connu qu’étirer le psoas n’est pas chose facile. Les postures préconisées sont souvent incorrectes ou inefficaces car  il est difficile de maintenir ces postures durant un laps de temps suffisamment long  pour agir efficacement sur la tension musculaire, compte tenu du réflexe d’étirement (provoqué par la réponse à l’étirement des fuseaux neuro-musculaires qui activent le motoneurone alpha, entraînant une contraction réflexe du muscle étiré). Ces postures peuvent être impossibles dans le cas d’algies sévères.

La posture induite par le coussin Extensit permet un étirement progressif, en douceur, non douloureux et programmable en durée. Effectuer le test préliminaire. Le patient peut demeurer vêtu ; ôter la ceinture. En décubitus dorsal, le sacrum est maintenu par le nez du coussin, la position de la colonne en extension favorise le glissement vers le bas des 2 iliaques libres de tout support et des articulations coxo-fémorales ce qui étire lentement les psoas.

Cet étirement est bilatéral.

A la palpation, on observe une détente progressive, les muscles semblent s’étirer en alternance selon  des oscillations gauche-droite : nous ne savons pas si cela correspond à des phénomènes oscillatoires, liés à l’activité corticale se rapportant à la tension musculaire, mis en évidence par certains travaux [16].

Au bout de quelques minutes, un des 2 psoas demeure la plupart du temps plus contracturé, confirmant, comme l’ont montré plusieurs études chez les sportifs, que l’hypertonie-hypertrophie des 2 psoas n’est pas bilatéralement équivalente. Ce psoas hyper-contracté se relâche progressivement en général au bout de 20 minutes de posture.

A combiner avec des étirements des ischios-jambiers : en fin de posture, on constate une amélioration de l’extension passive des 2 genoux.

Il est impératif de se conformer strictement au mode d’emploi du coussin Extensit.

 

 

 


[1] Andersson E, Oddsson L, Grundström H, Thorstensson A. The role of the psoas and iliacus muscles for stability and movement of the lumbar spine, pelvis and hip. Scand J Med Sci Sports. 1995 Feb;5(1):10-6.

[2] Santaguida PL, McGill SM. The psoas major muscle: a three-dimensional geometric study. J Biomech. 1995;28:339–345.

[3] Yoshio M, Murakami G, Sato T, Sato S, Niryasu S. The function of the psoas major muscle: passive kinetics and morphological studies using donated cadavers. J Orthop Sci. 2002;7:199–207.

[4] Hai Hu, Onno G. Meijer, Jaap H. van Dieën, Paul W. Hodges, Sjoerd M. Bruijn, Rob L. Strijers et al. Is the psoas a hip flexor in the active straight leg raise? Eur Spine J. 2011 May; 20(5): 759–765.

[5] Penning L. Psoas muscle and lumbar spine stability: a concept uniting existing controversies. Critical review       and hypothesis. Eur Spine J. 2000;9:577–585

[6] Nachemson A. Electromyographic studies on the vertebral portion of the psoas muscle with special reference to its stabilizing function of the lumbar spine. Acta Orthop Scand. 1966;37:177–190.

[7] Nachemson A. The possible importance of the psoas muscle for stabilization of the lumbar spine. Acta Orthop Scand. 1968;39:47–57.

[8] Hamrick MW, Pennington C, Byron CD. Bone architecture and disc degeneration in the lumbar spine of mice lacking GDF-8 (myostatin). J Orthop Res. 2003 Nov;21(6):1025-32.

[9] Garnder-Morse MG, Stokes IA. Physiological axial compressive preloads increase motion segment stiffness, linearity and hysteresis in all six degrees of freedom for small displacements about the neutral posture. J Orthop Res. 2003;21:547–552

[10] Hides JA, Boughen CL, Stanton WR, Strudwick MW, Wilson SJ .A magnetic resonance imaging investigation of the transversus abdominis muscle during drawing-in of the abdominal wall in elite Australian Football League players with and without low back pain. J Orthop Sports Phys Ther. 2010 Jan;40(1):4-10.

[11] Barker KL, Shamley DR, Jackson D. Changes in the cross-sectional area of multifidus and psoas in patients with unilateral back pain: the relationship to pain and disability. Spine (Phila Pa 1976). 2004 Nov 15;29(22):E515-9.

[12] Janzen DL, Partridge E, Logan PM, Connell DG, Duncan CP. The snapping hip: clinical and imaging findings in transient subluxation of the iliopsoas tendon. Can Assoc Radiol J. 1996 Jun;47(3):202-8.

[13] Shabshin N, Rosenberg ZS, Cavalcanti CF. MR imaging of iliopsoas musculotendinous injuries. Magn Reson Imaging Clin N Am. 2005 Nov;13(4):705-16.

[14]Blankenbaker DG, Tuite MJ The painful hip: new concepts. Skeletal Radiol. 2006 Jun;35(6):352-70.

[15] Blankenbaker DG, Tuite MJ. Iliopsoas musculotendinous unit. Semin Musculoskelet Radiol. 2008 Mar;12(1):13-27.

[16] Raed A. Joundi, Ned Jenkinson, John-Stuart Brittain, Tipu Z. Aziz, Peter Brown. Driving Oscillatory Activity in the Human Cortex Enhances Motor Performance . Curr Biol. 2012 March 6; 22(5): 403–407.

 

Mode d'emploi

Recherches

Commander

MENTIONS LEGALES

ProActionClinic
Boite postale 57
7000 Mons - Belgique

BE888222367

CEE BE/CA01/2-06010-00001


info@proactionclinic.com